lundi 24 février 2020

Cette semaine 1 concert JAZZ

////////////// MERCREDI 26 FÉVRIER 2020  à 20h15
PIERRE MARCUS 4TET
HOMMAGE À THELONIOUS MONK

BALTHAZAR NATUREL saxophone tenor
ALEXANDRE MONFORT piano
TOM PEYRON batterie
PIERRE MARCUS contrebasse

Pour cette soirée, nous avons le plaisir de faire un hommage à Thelonious Monk, pianiste incontournable de la folie du jazz réinterprété.
Par un quartet très énergique, passionné par ce grand compositeur.

Entrée 12 € - 10 € pour les adhérents - Étudiants : 10 € - 8 € pour les adhérents
Gratuit pour les enfants - Réservation conseillée

lundi 17 février 2020

Cette semaine nous vous accueillons pour 1 performance sonore & 1 lecture mise en espace :

////////////// JEUDI 20 FÉVRIER 2020  à 20h
DANS LE NOIR, PERFORMANCE SONORE
PAR YOANN PISTERMAN

Pour cet événement à la galerie Depardieu, Yoann Pisterman propose une performance sonore expérimentale, où il sera l’occasion de confronter ses souvenirs d‘enfance dans les hauteurs de Nice et son expérience Berlinoise, ville dans laquelle il réside depuis plus d’une décennie. Il a créé une pièce électro-acoustique expérimentale et immersive, intitulée “Dans le noir”, afin de déclencher une écoute visuelle et subjective avec les auditeurs. Inspiré par la musique minimaliste américaine, mélangée de musique avant-gardiste Berlinoise, c’est avec des synthétiseurs et des échantillons sonores qu’il met en place une composition sonore hypnotique accompagnée de mouvements improvisés.
“Cela sonnerait comme du Ennio Morricone qui serait passé faire un tour à Berlin pour composer une sorte de “Kraut” musique moderne (mouvement musical de l’avant-garde Allemande). - Andrew Claristidge (Producteur de Berlin)

Son goût esthétique s’est formé durant son enfance Niçoise, là où les paysages de l’arrière pays se sont fait rattraper par une architecture moderne et des chantiers abandonnés. Décors dans lesquelles il a passé beaucoup de temps, entre l’ampleur des grandes villes urbaines et celle d’une ville de province. Des jardins exotiques, aux bourbiers magiques d’un immeuble désaffecté dans lesquels se cacheraient des machines à télé-transporter. Pisterman a ce regard sur la ville, en interrogeant la résonance, les espaces transitoires, la mémoire et l’intuition. Par des moyens sonores et du dessin, le jardin est un champ d’expérimentation, un lieu de méditation et de réflexion qui témoigne des transformations urbaines.

“La nature est pleine de réminiscences. Venant d’une graine, elle pousse et meurt. Encore et encore. Hanté par les morts, l’homme crée des espaces et territoires qui cultivent nos mémoires, comme des images et des sons.
La différence entre la nature et l’humain c’est le jardin.
Guidé par la main de l’homme, il interroge le temps et l’espace, la réalité et la fiction, le sauvage et le domestique.”

Entrée 8 € / Pour les adhérents - Étudiants : 6 €
Gratuit pour les enfants - Réservation conseillée


////////////// VENDREDI 21 FÉVRIER 2020 à 19h
LA SAETA PROPOSE UNE LECTURE À 3 VOIX
DU TEXTE LES DEMEURÉES DE JEANNE BENAMEUR
( ed. Denoel 2000)


AVEC MJ LAURENT, SOPHIE DE MONTGOLFIER ET EMMA LAURENT

Dans ce roman court et dense, l’auteure explore encore et toujours la question de la langue, de l’émancipation et de la liberté à travers le parcours de 3 femmes : la mère, la petite, l’institutrice.

Née en Algérie d’un père tunisien et d’une mère italienne, Jeanne Benameur est en effet à la recherche de la langue “perdue”, celle du pays quitté.
Celle de la mère :“la voix de ma mère, la voix d’avant les mots, je l’entends, jamais perdue”.

La compagnie poursuit sa quête d’écritures fortes autour de “l’enfance illimitée” (selon l’expression de M.Duras). “Petite, j’abritais en mon sein une très vieille femme” (Florence Pazzottu) en février 2019 à La Providence.

Entrée 6 € - tarif étudiant 4 € (adhésion 2 €) Gratuit pour les enfants – réservation conseillée

lundi 10 février 2020

De la musique classique cette semaine

////////////// JEUDI 13 FÉVRIER 2020  à 20h15
Concert classique “Musique et nature”


BERTRAND CHAUVINEAU, pianiste et compositeur

Au programme :
Automnale / Aux couleurs (Huit préludes liés et postlude pour piano) / Prélude 1 - Irisations / Prélude 2 - Aquatique / Prélude 3 - Transparence / Prélude 4 - Irisations 2 / Prélude 5 - Reflets et mirages / Prélude 6 - Neige / Prélude 7 - Irisations 3 / Prélude 8 - Crépuscules Postlude ... et toute chose se fait ombre ... / Cinq préludes (extrait de Huit préludes pour piano)- n1 - n5 - n6 - n7 - n8 / Cinq esquisses - n1 (Hivernale) - n2 - n3 - n4 - n5 / Hommage à Grey Owl : Impressions autour d'Ajawaan / Quatre impressions pour piano : I - ... ces mille petits bruits dont est fait le silence. - II - La lune projette des ombres fantastiques ... - III - ... le silence lui-même était peuplé de voix ... - IV - ... les ombres si longtemps endormies dans le rêve et dans l'attente.

Le fil conducteur du programme de ce concert, constitué de pièces de ma composition (mon style s'inscrit dans la tradition classique), peut être vu comme étant la relation entre l'humain et la nature. Ce thème est représenté par la pièce "Automnale" et par les deux cycles "Aux couleurs" et "Impressions autour d'Ajawaan". La pièce Automnale évoque, comme son nom l'indique, l'ambiance des jours d'automne. Il ne s'agit pas tant d'une évocation colorée des arbres à feuilles caduques que de celle de l'ambiance pesante que font régner les ciels bas, l'humidité ambiante ou la discussion, des formes à travers les brumes matinales. Paysage de sombres quartiers urbains, ou de terrains vagues qu'assombrissent encore la lumière noyée d'un soleil déclinant. A l'opposé, la suite Aux couleurs est très franchement orientée vers l'évocation des éléments naturels proprement dits, loin de tout ce qui caractérise les constructions humaines. L'eau, sous différentes formes (ruisseaux, arcs-en-ciels, neige, ...), domine largement la construction des pièces composant cette suite. Le thème chromatique initial, réapparaissant plusieurs fois au cours de l’œuvre, est une évocation directe des irisations de l'arc-en-ciel, justifiant indirectement le titre général du recueil. Le cycle se termine par l'évocation d'un brasier de couleurs crépusculaires, avant que la nuit ne recouvre indistinctement toutes les formes, métamorphosant toute chose en ombre. Le programme se termine par une suite dédiée à Grey Owl (Archibald B. (1888-1938) de sa véritable identité civile). Personnage atypique, parfois considéré comme le premier écologiste, il n'a eu de cesse d'attirer l'attention de tous et des gouvernements sur l'urgence de préserver l'équilibre de la nature. Il a vécu les dernières années de sa vie dans un parc naturel canadien, au bord du lac Ajawaan,dans une cabane en rondins qu'il partageait ... avec une famille de castors ! Cet épisode de sa vie aura été un véritable appel à la tolérance, une incitation à renouer avec nos racines profondes, un hymne à toutes ces petites voix qui peuplent le silence des grands espaces naturels. Grey Owl a laissé de nombreux écrits témoignant de son engagement. De l'épilogue de l'un de ses livres, paru dans une traduction française, sont extraits les titres des quatre impressions composant cet hommage.
Bertrand Chauvineau, compositeur.

Parallèlement à sa formation scientifique, Bertrand Chauvineau a reçu une formation de pianiste à l'Ecole Nationale de Musique de Cachan, où il a obtenu le prix d'Excellence en 1987, et à l'Institut Musical Européen de Besançon, où il a achevé le cycle professionnel en 1991. Au cours de ces années, il a notamment travaillé avec Any et Raffi Petrossian, Michael Desjardins et Louis-Noël Belaubre. Il a également participé à des Master Classes avec Deniz Gelembe et Theodore Paraskivesco, et plus récemment auprès de Jean-Claude Pennetier et, plus régulièrement, auprès de Françoise Chaffaud. En tant que pianiste, il s'est produit en France et au Japon, dans un répertoire privilégiant notamment Mozart, Schumann, Scriabine, les compositeurs français (Debussy, Faure), et le compositeur finlandais Madetoja. Vers la fin des années 2000, un changement majeur se produit dans sa vie musicale, se réorientant vers la composition. Encouragé par différents musiciens tels que Jean-Claude Pennetier, Françoise Chaffaud et Ginette Gaubert, son activité de compositeur représente la quasi-totalité de son activité musicale depuis 2013. Il a depuis lors été finaliste et lauréat de différents concours internationaux de composition : fondation IBLA (USA) en 2016, concours Fidelio (Espagne) cette même année, An Art Artistry (Grèce) en 2018, Cum Laude Music Awards (Espagne) en 2019.

Entrée 12 € - 10 € pour les adhérents - Étudiants : 10 € - 8 € pour les adhérents
Gratuit pour les enfants - Réservation conseillée

lundi 3 février 2020

1 projection de 2 films cette semaine !

////////////// VENDREDI 7 FÉVRIER 2020  à 20h
PROJECTION DE 2 FILMS DE GEORGES SAMMUT
« ICI AILLEURS » & « NON...ENCORE UNE SECONDE... »


Ici ailleurs 27’00. 2018.
avec Elisabetta VISSIO
un film de Georges SAMMUT
Une nuit chez elle, elle ingère un champignon hallucinogène.
S’ouvrent alors les portes de la perception: visions troublées de l’espace, l’inconscient par flashs, affects en rafales, parole poétique fragmentaire.
Elle devient, lors de ce voyage immobile, spectatrice d’une autre elle-même, dans une parade sauvage de lumières et sons, pour un éventuel savoir: Être au monde? Ici ailleurs ?

Non, encore une seconde… 30’00. 2019.
avec Marius-Marc ROUX
un film de Georges SAMMUT
Lieu clos. Ultime tentative pour déjouer son aire de vie de plus en plus étroite. Improvisation d’une écriture gestuelle pour un brouillon de corps testamentaire. Les voix de la mémoire apportent les mots de Samuel BECKETT.
Noir. Lumière. Encore une seconde... Tempo.

Entrée 6 € - tarif étudiant 4 € (adhésion 2 €)
Gratuit pour les enfants / Réservation conseillée